« Poésies bonsaï et autres Haïkuku suisses » de Jean-Luc Fornelli

bonsai_BAN

Un soir de morosité, au fond de la noirceur de mon appartement, c’est comme si je n’avais plus eu besoin de lumière. Révélation ! Un baptême par le rire. J’avais ouvert les Poésies bonsaï et autres Haïkuku suisses. De l’humour comme je l’aime, mais l’humour est très personnel, alors il me faut le décrire, celui de Jean-Luc Fornelli, qui a, dans l’interview qu’il nous a accordée, condescendu à ce que je l’appelle Jean-Jean. Mais ne nous éloignons pas du sujet. Ainsi, décrire son humour…

Chef anglais
Ce soi-disant maître queux
Vraiment pas cordon-bleu
A même réussi
À cramer les sushis
J’ai jamais compris

Voilà. Le mot est lâché : anglais. Il y a chez Jean-Jean, pardon… Jean-Luc Fornelli un peu de l’humour des Monty Python – il avoue souvent ne pas tout connaître, mais je le soupçonne d’avoir leur intégrale en plusieurs exemplaires dans sa cave et de regarder leurs sketches en boucle, toute la nuit. Son humour serait peut-être, en images, celui d’un Gotlib, avec ce qu’il faut d’irrévérence, de glaçage et de crème qui en dégouline, comme sur la tarte. Peut-être. Ou alors de Geluck, aussi, dont on retrouve certains échos parfois.

Proverbe végétalien
Qui vole un petit pois vole une pastèque

Alors que sont vraiment ces Haïkuku (« attention, m’a-t-il prévenu, ça ne prend pas la marque du pluriel, ignare ! ») ? Des poèmes ? Des sketches très courts, un peu comme les vidéos dont Jean-Luc aime égayer sa page Facebook ? C’est un peu tout cela. Et, autant le dire tout de suite, je suis réputé pour n’avoir aucun humour. Seuls les Monty Ptyhon m’arrachent carrément au sens premier et au malpropre des larmes de rire. J’ai trouvé un autre humoriste qui me fait beaucoup rire, donc.

Mon poussin
Toi qui n’es que générosité
Toi qui n’es que fraîcheur
Toi qui n’es que vénusté
Toi qui n’es que douceur
Toi qui n’es que beauté
Toi qui n’es que splendeur
Mon amour
Mon cœur
Mon poussin
Tu vas me le donner ce rein

Car cela crisse aussi, il y a du noir, qu’on ne s’y trompe pas. L’humour, c’est une intelligence, une manière de comprendre le monde, la dérision d’un réflexe animal, son utilisation comme d’une soupape, d’une défense. Et les Haïkuku nous offrent tout cela. Lisez-les, savourez-les, riez et pleurez un coup. Votre monde aura quelques détails de plus, quelques sourires qui vous arracheront des turpitudes. Sur ce, je vous laisse, je vais aller regarder la dernière vidéo de Jean-Luc…

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Les commentaires sont désactivés.