Entretien avec Roger Simon-Vermot

Roger Simon-Vermot

Amandine Glévarec – Cher Roger, vous avez été pendant 15 ans le rédacteur en chef du Messager boiteux. Pouvez-vous nous en dire plus sur cet almanach afin d’éclairer la lanterne de notre lectorat français ?

Roger Simon-Vermot – C’est le plus vieil almanach d’Europe (108 ans). 182 pages, rubriques jardinage, horoscope, rétrospectives de l’année en Suisse, dans les cantons et dans le monde, composition des autorités nationales et cantonales, tarifs postaux en vigueur, mouvement des chefs d’État dans le monde, manifestations à venir dans l’année prochaine en Suisse romande et en France voisine, les principaux résultats sportifs de l’année écoulée, prévisions du temps pour l’année à venir selon un secret que nous nous transmettons de rédacteur en chef en réd’ en chef. Plus plein de sujets allant de l’histoire de la cuillère à la BD, en passant par des artisans originaux, les médecines parallèles, etc. Il se vend à environ 80’000 exemplaires sur le territoire de la Suisse romande dans les kiosques, librairies, supermarchés et par un marchand ambulant. Il sort toujours lors du dernier marché folklorique de Vevey (fin août, début septembre).

A. G. – Êtes-vous depuis toujours un amoureux des jeux de mots, calembours et autres contrepèteries ?

R. S.-V. – Oui, j’aime la langue française avant celles que je connais. J’aime la manier dans certains sens, par exemple le scénario de BD, la chanson ou les pièces radiophoniques. J’essaie à chaque fois d’y glisser un brin d’humour.

A. G. – Avez-vous réussi à vivre toute votre vie de cet amour des mots et de votre sens de l’humour ?

R. S.-V. – Oui, j’écris depuis l’âge de 16 ans et j’en ai 75. Jusqu’à trente ans, j’ai mené cette passion à côté du métier de typographie où je maniais déjà les lettres. Ensuite je suis devenu journaliste à temps complet dans un grand magazine, l’Illustré. Puis j’ai connu d’autres rédactions avant de choisir l’indépendance et de fonder la société Dialimo active dans le journalisme et la publicité.

A. G. – Quel est le procédé stylistique mis en avant dans le magnifique PT de rire qui vient de paraître chez Slatkine ?

R. S.-V. – Ce sont des allographes. Une autre manière d’écrire et de lire les mots. C’est Marcel Duchamp qui a ouvert cette voie en écrivant sous une reproduction de la Joconde qu’il avait affublée d’une moustache et d’une barbiche, les lettres LHOOQ. Cela se passait en 1919. J’ai repris le principe pour cet ouvrage en inventant plus de 150 phrases amusantes, sentencieuses ou poétiques, comme, par exemple, LAETMEEIAUDBB.

A. G. – Chaque allographe est associé à un dessin de Mix & Remix, comment avez-vous travaillé à deux ? Qui a vu le jour en premier, du texte ou du dessin ?

R. S.-V. – C’est le texte qui inspire Mix. J’ai choisi ce dessinateur pour son grand talent et pour le trait surréaliste qui est le sien et qui colle parfaitement à mes textes.

A. G. – Cette association procure un rire à double détente, d’abord le dessin puis la compréhension du texte. Vous êtes vraiment sympa d’avoir mis les « solutions » à la fin, sans regret ?

R. S.-V. – Bien sûr que non ! Car il est vrai qu’il faut désapprendre tout ce qu’on nous a enseigné à l’école pour pouvoir lire ces phrases. Ce qui n’est, de prime abord, pas évident.

A. G. – D’autres projets dans les tuyaux ?

R. S.-V. – Oui, je suis sur un roman qui sortira l’an prochain. J’ai déjà apporté des contributions, voire des chapitres à des ouvrages collectifs, ou écrit des livres sur des histoires horrifiantes ou de grosses catastrophes dans le monde, mais ce sera la première fois que je me lance sur l’exercice du roman. Son titre est un jeu de mots, lui aussi : Ullision d’Iptoque.

A. G. – Question subsidiaire : et vous, cher Roger, qu’est-ce qui vous fait rire ?

R. S.-V. – Cela dépend des moments, mais je ris quasi chaque jour en plaisantant avec Marisa, mon épouse.

A. G. – Question subsidiaire bis et piège : peut-on parler d’humour suisse ?

R. S.-V. – Je ne sais pas ce que c’est !

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone